Edimbourg

Ma condition ne me permet pas de: jouer à la roulette russe d'ouvrir un casino, d'entretenir une relation sexuelle avec Bill Clinton de m'échapper d'une revue de mode d'enfiler des baskets fabriquées en chine. Ma condition m'oblige à peine à bouger le petit doigt à enquêter sur ma concierge à attendre le bus, à relire le règlement me permettant d'accéder au code pénal, à enfiler mes chausset- tes dans le bon sens, à avoir une conversation correcte, à épeler intelligemment les mots « ATTENTION NE BOUGEZ PAS VOUS ETES FILMES «(voix atonale) D'ouvrir un compte en banque, d'escalader les murs, de fumer et de boire avec excès. Je suis un héros de conte populaire. Vendu à 340000 exemplaires l'année je suis le record de vente des grands magasins depuis 40 ans. A la question : Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV ? Question... Réponse....Si l'on parle de moi à la télé c'est pour dénoncer les excès de.... tendresse de vertu et de haine. Je suis un héros populaire emprunté 3 350 000 fois l'année - Agée de 2O1 ans ; Mon histoire est celle de la répétition. Autant de princes charmants que d'histoires vécues. Je dors plus que je ne vis. J'attends plus que je ne dors. Ma vie ne tient que parce que l'on veut bien m'emprunter. Je suis une histoire à répétition. Je suis la.... répétition, les forêts sont immenses........ les couteaux par milliers........ à moi les remake, les attentats, les coupures de presse les petites vengeances et les grandes jalousies, le prix du calva, les accidents de la route, les cris dans les chaumières. Je suis un rescapé de l'holocauste, je déteste les nains et les pères abusifs j'adore ce qui est laid, je déteste ce qui est beau ! De 30 a 100 kg, mon numéro de sécurité sociale est le vôtre vos désirs sont les miens. J'ai rêvé que je couchais avec Dirk Bogart Sofia Loren Lauren Bacall. Je suis un héros populaire, je vous regarde, vos souvenirs, vos maladresses, vos espoirs, vos railleries. Je suis un héros populaire en voie d'extermination. Je suis l'espoir de milliers d'enfants Le sommeil éternel, les 8 heures trente précises, les repas mal digé- rés les petits suisse écrasés sur le sol, les tartines renversées, les pères et les mères abusifs, les excès de tendresse, la foire du trône, le jardin d'acclimatation, le cours de la bourse, l'espoir de milliers d'en- fants, la survie de million d'adultes ...........Je suis la mémoire de vos ancêtres, l'attraction des peep show. Je suis ce que vous êtes, quand vous pleurez, je pleure..............., Je suis un produit de consommation courante...... Je ? retour - ... à la case départ Miroir, miroir quelle est la plus belle en ce miroir......, qu'elle est la plus belle en ce miroir ... miroir qu'elle est la plus belle en ce miroir ........(quelqu'un vient lui donner un grand coup de pieds, Blanche-Neige crache son morceau de pomme coincé dans sa gorge) , et ça recommence .....................

Blanche-Neige

suite d'actions et de performances,

initiée par Catherine Baÿ

NRV#1 - Bordeaux - Déc. 2005 (extract)

With
Adam Camille, Beauchamps Julie, Duclos Camille, Dupuy Stéphanie, Gheytanchi Haleh, Juan Karen, Konrad Blanche, Le Meur Léa, Maisonneuve Sarah, Mauzit Elsa, Paris Camille, Sanchez Serrano Sara, Simonet Elise, Stenger Marianne, Vallet Aurélie.

Photography director: Catherine Merdy
Editing : Thomas Courcelles / ISOTOM
Costumes designer: Roël Stassart.

Thanks to
Alexia Philippon et Eric Chevance, Sam, Sébastien et Jean-Marc, Frédéric Valay (IRIS Caméra), Patrick Troudet et Isabelle Warin and to the team of TNT, Manufactures de Chaussures of Bordeaux, UTOPIA cinema of Bordeaux as well as Opéra of Bordeaux

http://www.letnt.com

Production : Association du 41 with the collaboration of TNT - Manufacture de Chaussures of Bordeaux – All rights reserved

 

A few days before Christmas, about fifteen Snow Whites take over the city-center of Bordeaux.
Nobody never really knew why they were there, neither who has invited them.
Rumours spread over gazettes and regional newspapers all around.
Some thought of a political manoeuvre, others of a simple farce and others, more pragmatic, that was a Christmas present from the shopkeepers of the city of Bordeaux.
Anyway, that made a real scandal causing extreme behaviors from the natives, from simple laughter to mass hysteria.

Two days later, there was no more traces of the path of the Snow Whites’ appearance, except some amused or outraged souvenirs. The shopkeepers who thought to make profit out of it, noticed that the daily sales was cut down by 30% that day.